Recherche

Raouf REMIDAN

Blog

Algeria , french and other languages

Education in Algeria might have been (and still) a struggle , perfectly depicted in this blog post by my friend Zoubir AMEUR.

In this equation languages play a major role : As an algerian you grow up in a house speaking “Daridja” which is the algerian arabic dialect, a thousand and one scents of orient, occident and mother africa, then arabic enters the bal when school’s music start playing and unitll now everything is fine,official books are already in arabic and you barely -and almost never- use external materials ( i was born before the intenet though). You study french, then english , just enough to get good grade and that’s it.

Then you get your baccalaureate and go to university, yeaaah the ivy league that would open the doors for a bright future… but this bright future is not taught in arabic anymore! What the hell! why does everything is in french?

One simple reason, it’s the language our teachers masters the best.
What about english then? Well if you are not an average student that use only internal materials, you’ll have to do some translation my son…
This language schyzophrenia reflects another deeper discomfort in the Algerian society, where everyone got a point of view, with nothing less then five teams:

  • The arabic supporters.
  • The french supporters.
  • The english supporters.
  • The berber language supporters.
  • And the ones that don’t really care (me among them).

And these teams have all legitimate reasons to support their “champion” language and burn the others, let’s have a look at that:

Arabic:

Pros:

It’s our religion’s language, so it’s our duty to learn it.
It’ our national official language so it’s our duty to enhance it.

Cons:

No major scientific studies are written in arabic, and a thin portion that are translated into it so we can’t rely on it in our development process.

French:

Pros:

It’s our wars bounty, we struggeled to have it so it’s our duty to master it in order to wave it like a trophy in our ex invaders face.
It’s a language that we already master with more publication than arabic so it’s easier to use than english for us.

Cons:

It’s the invaders language and it’s a shame to use it.
It’ a language that is more and more outdated since even the french top universities publish in english.

English:

Pros:

It’s the major language, mastering english is an opened door on the world.
It will allow us to fully understand the last scientific studies and publications from all around the world.

Cons:

It is not wide spread among the intellectual class of the country.
It will take years and cost millions to switch everything and educate people to adopt english.

Berber:

Pros:

It’s the country’ mother language .
It’s our past and our cultural exception, so it’s our duty to revive it and assure the transmission among generations.

Cons:

Nobody really use the “tifinagh” which is the berber language with alphabet and rules, but people use dialect that are as divers as the diversity and the immense territory of the country.
We can’t build a country on dialects in this era.

tradition

Well all these arguments are in a certain way accurate and even legitimate but it doesn’t mean that they are opposite.

Let’s see it that way:

English won the game of languages thrones, and we can be sure to have it in this position for a while. Thus doing nothing to take a leading position -or allow our children to do so- is a crime.

French is language mastered by our elder’s elits so we need it to ensure full knowledge and knowhow transmision among the generation.
It’s also a way to communicate efficiently with all our non-arabic speaking neighbours.

Arabic is our language and we may love it or hate it but it’s a truth that transcend politics and rules, for one simple fact it is the language we adopted through ages as our own and the best proof is that our dialect Daridja is composed of 75 to 85% by arabic words and even the modern berber dialect contains tons of arabic daridja words.

Ok but is it a reason to promote it? 

Yes!

With two simple principles, translation and simplification, it would bring up to date knowledge to the masses, and by masses i means us.

Now for Berber let’s be realistic we won’t make it a major language no matter the billions we could spend in promotion, but still, this promotion is far from being useless and don’t require billions.

It’s something unique about us and about this land we live on that should be cherished and promoted, maybe not as we do for language but more for ancestral arts.

Not use it -and that’s only my intimate vision- for the usefull but for the beautifull.

Avoiding the regional dialects and going back to the roots of the language is maybe the way to gather the majority around it.

Ok, you may see me as a manichean blogger that want to solve the unsolvable and satisfy parts with oposite interests, but my view is that interest shouldn’t be opposite.
No matter what your “champion” language is, don’t build its promotion among other languages failure.

Stop the bullshit and the critics (especially the endless social networks debate like “mine is bigger than yours”!) and use this precious time to promote your champion, read, write, inform, tranlate, share and promote.

And don’t forget that diversity is a treasure, especially if it serves a common goal, Algeria.

Publicités

2016 l’année de la startup en Algérie

Tout observateur même occasionnel de la mutation des TIC en Algérie pourra vous dire sans se tromper que nous avons accumulé un retard certain dans le domaine de la création de startup mais encore plus dans la capacité à les accompagner pour en faire des entreprises rentables et pérennes.

Sans vouloir jeter la pierre à qui que ce soit je dirais que les torts sont partagés, d’un côté les startuppers qui bâtissent des projets copier/coller de ce qu’ils voient en occident sans pour autant répondre à un besoin local ni prévoir des sources de revenu autres que la rente publicitaire, de l’autre un écosystème très faible, où le mot “incubateur” ne désigne que celui de sidi abdellah et le mot fond d’investissement absent du dictionnaire.

Mais tout cela commence à bouger sérieusement et c’est avec plaisir que l’acteur/ observateur que je suis vois un écosystème se former assez solidement pour devenir durable et viable.

L’écosystème

Les lieux de vie s’organisent

La naissance des deux coworking space algérois TheAdress et Sylabs, a permis à plusieurs événements de voir le jour et cette dynamique en marche n’est qu’un début puisque plusieurs autres lieux similaires sont en cours de lancement afin d’être autant de foyers pour les jeunes pousse à venir.

Les événements se professionnalisent

Les startups weekend et autres événements du genre c’est bien gentil, mais c’est un peu comme un match amical, on ne joue pas pour de vrai et on ne gagne pas vraiment, mais on s’entraîne bien!

Depuis, à côté de ces événements -qui restent nécessaires- qui ont tendance à se banaliser, arrive une nouvelle vague d’événements parfois internationaux à l’image du Startup Altitude – qui a vu la startup Dirassatic gagner son ticket pour représenter l’Algérie au Startup Istanbul – ou Seedstars Algeria – qui aura lieu le 29/10 et permettra à une startup algérienne de participer au Seedstars world à Lausanne- d’autre 100% locaux mais non moins ambitieux à l’image de THE MVP prévu pour mars veut devenir un véritable accélérateur de startups.

L’information se vulgarise

Aux côtés des pionniers que sont Ntic Mag et IT Mag la nouvelle garde s’organisent.

Plus orienté startups et tutoriels, à l’image de startupalgerie.top qui fournit des portraits de startups et dossiers pratiques en trois langues (arabe francais et anglais) mais aussi de Tiknoria et Geekcademy qui fournissent de l’information de valeur pour tout startupper et en Arabe s’il vous plait, autant dire que vous n’avez plus d’excuses!

Et les startups dans tout ça ?

Ce qui m’a marqué dès 2015 et surtout en 2016 c’est le fait de voir les jeunes prendre leurs projets au sérieux, et pousser pour vendre au plus vite, chose qui avant n’arrivait qu’en bout de courses et souvent trop tard.

Des startups pour répondre à des besoins locaux

Des problèmes ce n’est pas ce qui manquent chez nous et pourtant nos startups semblaient les bouder alors que c’est une source de revenu quasi-assurée,comme le démontre Rdv Toubib ou encore Sihhatech qui rendent la prise de rendez-vous médicaux à portée  de clics résolvant un souci rencontré quotidiennement par des milliers d’algériens.

Webstar (auto et électro) fait quant à lui un travail formidable pour ce qui est de la comparaison des prix, ce qui permet de gagner un temps précieux, toujours dans le domaine de la comparaison de prix ElKoffa offre une application géolocalisée -en bêta test actuellement- qui compare les prix des achats quotidiens et vous guide vers le moins cher des marchands, l’intérêt social affiché par le fondateur étant d’aider les familles modestes à optimiser leur budget.

Moulsanaa et Allometier vous mettent en contact avec les artisans (plombiers, maçon , électricien, etc) de votre région, et on sait tous comme cela est parfois compliqué!

Certaines startups tentent de résoudre le souci de la mobilité particulièrement urbaine,à l’image de Cheetah-car (covoiturage) Linkibus ( solution de transport collectif inter-entreprises) ou Autopub (le uber de l’affichage publicitaire sur véhicule).

D’autres tentent de résoudre des problèmes locaux plus universels comme l’écologie – citons W.E.T (système de recyclage d’eau domestique) et Evolutech (économie d’énergie)- ou encore la condition des handicapés comme SmartEs ou DALIL qui promettent de révolutionner le quotidien des non voyants. Ces startups ne sont qu’un échantillon et bien plus encore s’activent à rendre notre quotidien plus agréable.

2dalil

Des startups à la conquête des marchés internationaux

Exporter n’est plus un fantasme puisqu’il fait partie de l’ADN de certaines de nos startups à l’image de iOgrow – vainqueur de l’édition 2015 du seedstars algeria- ou Facilyo qui permet de bâtir un site sans savoir programmer, dont les produits sont de classe internationale et comptent déjà des utilisateurs hors d’Algérie.

Le domaine du jeu est aussi à l’honneur avec deux pépites Xerise qui est actuellement en final de l’un des plus grands concours de jeux vidéo au monde et Synoos qui totalise presque deux millions de téléchargements sur ces applications éducatives.

Enfin certaines startups s’attaquent à des domaines plus atypiques ou du moins inattendus -en Algérie- je citerais à titre d’exemple DzVirtual qui permet aux professionnels de créer des visites en réalité virtuelle de leur commerces ou entreprises et Digitiny qui offre la possibilité de vendre ses création ( image, son et vidéo) aux artistes directement à partir de leur Dropbox ou Google Drive.

L’agriculture n’est pas en reste avec Dar El Fakya une startup qui produit et souhaite exporter des huiles de pépins de fruits ( raisins, abricots, etc.) et dont le produit phare est l’huile de figue de barbarie… un produit bien de chez nous  qu’elle veut faire découvrir au monde!

Que nous manque-t-il ?

Etrangement les startups B2B  manquent cruellement à l’appel alors que les besoins des professionnels sont bien réels et récurrents, donc ma conclusion va être un appel à tous ceux rêvant de créer une startup sans avoir d’idées, regardez les professionnels autours de vous et identifiez leur besoins c’est une clientèle et une source de revenus assurées.

Pour conclure

Cet engouement des jeunes pour l’entrepreneuriat mais surtout cette capacité à concrétiser les projets  tranche avec la passivité et l’attentisme passées.

Ces startups veulent croître et se développer avec une soif de conquête et de croissance qui se ressentent.

Parier sur ces jeunes pousses c’est parier sur l’avenir , un avenir où l’Algérie pourrait prétendre à être aux standards mondiaux en terme de TIC.

Autrement-dit une économie diversifiée mais surtout décarbonée, une source de revenus à l’export et d’emploi locaux quasi-intarissable.

Mais au delà de toute considération mercantile, ce pari est celui d’une jeunesse indépendante et optimiste, qui prend les choses en main malgré toutes les difficultés que peut vivre  un pays jeune dans un monde en crise.

Source: Article originalement publié dans NTIC Magasine  & republié dans Starupalgerie

08 FAÇONS DE BIEN RATER SA STARTUP EN ALGERIE

Article orignal publié dans StartupAlgerie

Parfois il suffit de peu pour réussir sa startup … ou complètement la rater et même si  à ce stade les mauvaises décisions se rattrapent, le mauvais état d’esprit est souvent fatale.

Notre rédaction a compilé ce qui nous semblait être le pire en 08 façons de bien rater sa startup en Algerie:


1- J’ai une idée unique au monde “wahad ma darha”

Tout d’abord cette idée est très répandue et pas seulement en Algérie, parfois une (mauvaise?) recherche Google nous donne cette illusion.

Mais la réalité est juste que pour une idée aussi unique soit-elle,  il existe souvent  plein d’équivalents, qui cherchent à résoudre le même problème mais pas forcément de la même façon.

Pour schématiser, disons que pour n’importe quelle idée que vous avez, il y a 1000 personnes qui l’ont au même moment, de ces 1000 il y aura 100 qui se lanceront dans un projet et de ces 100, 10 en feront une entreprise.

Donc yallah mettez-vous au travail vous avez déjà 10 concurrents !

2- Je ne peux pas expliquer mon idée j’ai peur qu’on me la vol.

Cette fameuse peur héritée des entreprises traditionnelles pour qui la propriété intellectuelle est la base de tout, seulement il y a une grande différence entre vous , elles ont beaucoup d’argent à perdre… pas vous.

Parler de votre idée de façon intelligente -et à toute occasion- est la façon la plus efficace et la plus économique de :

1- Valider votre modèle

2- En découvrir les limites

3- Inspirer les autres

4- Faire la promo de votre startup

5- Trouver des cofondateurs

6- Trouver des investisseurs , etc.

Donc FAITES LE !

Et je vous rassure tout de suite personne ne va abandonner ses rêves et ses projets, pour copier votre idée!

Pour ce qui est des grands groupes, le meilleur (et seul) moyen pour vous de vous protéger est de devenir le leader sur votre marché.

Bâtir une marque forte qui assurerait un bad buzz pour toute personne voulant vous copier.

3- Je préfère me lancer seul, “El cherka halka”

La réalité est que commencer seul et le rester est le meilleur moyen de mourir vite, ou pire devenir un mort vivant, avec une startup qui fait du sur place durant des années.

En entrepreunariat 1 = -1 et 1+1 = 3 , donc faite vous du bien , sortez et cherchez des cofondateurs.
Comment ? Parlez de votre projet à votre famille, vos amis, vos collègues, allez à des événements et parlez-en.

Vous identifierez assez vite les personnes qui seront vos future clients mais surtout ceux avec qui vous voulez absolument travailler.

La suite dépend de votre capacité de persuasion.

4- Makach drahém: J’ai pas les moyens de me lancer.

La meilleur excuse pour ne pas se lancer, et au contraire se décourager, disons qu’en 1990 c’était vrai, mais à présent tout ça c’est du “khorti”.

Les évolutions techniques (comme le Cloud côté serveurs) ont permis de neutraliser tous les coûts fixes qui créent des barrières à l’entrée.

Aujourd’hui si vous avez les aptitudes techniques vous pouvez créer une startup avec 50.000DA la ou il en aurait fallu 500.000 il y a 10 ans et 5.000.000 il y a 20 ans, rien que pour commencer.

Maintenant si vous êtes sur un projet qui nécessite réellement des capitaux (nécessité d’un local, ou d’une machine).

En plus des offres de financement type ANSEJ, il y a une solution simple :

1- Prenez un job ( ou en freelance).

2- Vivez chez votre famille.

3- Mangez du riz.

4- Economisez 80% de votre salaire.

5- Voilà en à peine 06 mois vous avez de quoi lancer votre startup ! :p

5- J’ai fait le planning de ma startup sur 05 ans!

Le plus souvent les primo-entrepreneurs nous présentent leur startup comme ceci :

1- Je commence.

2- Dans 6 mois le produit sera lancé.

3- Dans 12 mois on sera rentable.

4- Dans 18 mois on trouve des investisseurs.

5- Dans 24 mois on dépasse le million d’utilisateur.

6- Dans 03 ans on dépasse Facebook.

etc.

Bon à part être mentalist ou mieux guézana , vos “prémonition” ont peu de chances de se réaliser dans ces délais là (ou alors faut changer de vocation !)

La meilleure approche est de ne pas faire de checklist pour votre projet , mais de définir la priorité des priorités et essayer de la réaliser au plus vite, puis attaquer la suivante et ainsi de suite.

Vous développerez une véritable culture du challenge pour votre équipe et vous !

6- Je lance une startup… depuis 03ans.

En lançant une startup votre but dans la vie est de créer la meilleur façon possible d’adresser un problème donné et par la même occasion devenir un leader mondial !

Lancer votre startup ne doit pas être une fin en soi, et doit prendre à tout casser 09 mois.

Si vous passez plus de temps à faire et refaire la même chose sans changement il faut tirer la sonnette d’alarme.

7- Mon produit est tellement HAYEL que tout le monde va le vouloir !

Souvent lorsque passe les 06 derniers mois de sa vie à développer un projet , on a l’impression que le monde entier attend la naissance de notre “bébé”.

Puis arrive la phase de lancement, et la désillusion, en réalité des 200 personnes inscrite 2 se connectent régulièrement et l’une d’elle c’est vous !

Pour éviter ce genre de déception nous avons 3 conseils pratiques pour vous:

1- Soyez conscient qu’au lancement de votre site (ou application) le lancement réel de votre startup n’est qu’à 10%

2- Cibler votre communauté et commencer à la démarche avant le lancement de votre startup.

3- Chouchoutez vos early adopters, ils seront vos meilleurs ambassadeurs !

8- Allah ghaleb ça marche pas…

Lancer votre startup et réaliser que ça ne marche pas n’est pas la fin du monde. Un des principes même de la startup est le fait de “pivoter”, c’est à dire la capacité à modifier sa trajectoire pour trouver ce qui marche.

N’oubliez pas que vous êtes comme un scientifique dans un laboratoire qui fait des tests pour déterminer le meilleur business model pour votre startup jusqu’à trouver celui qui fera de vous la prochaine Billion dollars company!

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑